Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/10/2007

SRRA : Charles Carnus en colère

Le président du Stade rugby Rodez Aveyron revient sur la défaite, dimanche à Malemort (18-8). Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas satisfait.

Que s’est-il passé dimanche à Malemort ? Ou plutôt qu’est-ce qui ne s’est pas passé lors de cetta5d9bae7e3f274af4f3bbfc133374211.jpge défaite en terre corrézienne ?
Les gars ont manqué d’envie. J’ai trop souvent vu des joueurs aller en marchant pour disputer les touches, plutôt que de courir. C’est inadmissible. On réglera ça en famille mais il y a des comportements que je n’ai pas supporté. Mais, alors vraiment pas du tout !

Est-ce que, par hasard, certains joueurs ne se sont pas vus un peu trop beaux après les deux victoires ?
Je ne sais pas. Ce qui est sûr, c’est que la plupart des joueurs ont joué comme si on gagnait de vingt points. On a manqué d’ambition, on a été «petits bras». Dimanche, Rodez avait un niveau… Je préfère ne pas dire plus car je serai beaucoup trop méchant avec l’équipe.

Qu’est-ce qui a fait défaut ?
On a commis trop de fautes de main. Un énorme boulot nous attend. Ce n’est pas en jouant comme ça qu’on pourra prétendre à la Fédérale 1. On s’est enfermé dans un jeu avec le huit de devant, tandis qu’il y avait parfois mieux à faire au large. Et puis, on a laissé trop de points en route.

On sent bien chez vous un gros sentiment de colère.
Le mot est faible. Comment pourrait-il en être autrement ? La victoire était à notre portée malgré la qualité de Malemort, un adversaire bien armé mais qui n’était pas intouchable. Mais voilà, il n’y a rien eu de collectif chez nous ; chacun a voulu faire son numéro mais la carte personnelle n’a jamais été une formule payante dans la durée. Il va falloir revenir
très vite à d’autres valeurs.
Propos recueillis par Rui Dos Santos  (publié dans Centre Presse du 29 octobre 2007)

 

Les commentaires sont fermés.